Voici l'un des nombreux chapeau afghan réalisés cet hiver (patron perso, tissu: couverture de la grand tante qui trainait dans le garage, pas la grand tante mais la couverture)

chapeau afghan

Et à part ça, les chapeaux et moi, c'est une vieille histoire. Je référence les tutoriels trouvés sur le net ici.

Et ça a inspiré une lectrice, Marine Martin,  qui m'a envoyé un article sur le thème. Je vous le livre :

Le chapeau, à chacun son style

 

Longtemps oublié des défilés de mode, le chapeau fait son retour en force. Quelle que soit sa forme, son style, il est sur toutes les têtes… et les fait parfois tourner ! Même les stars d’Hollywood s’affichent avec leur tête couvertes. Cet accessoire leur permet de faire du shopping incognito. Annette Bening, rendue célèbre par sa prestation dans « Les Arnaqueurs », collectionne les chapeaux en tout genre et en change au grès de son humeur. Sharon Stone est apparue lors de la soirée Bag Ladies Luncheon, en Novembre 2012, avec un chapeau qui a défrayé la chronique. Cet accessoire convient tout aussi bien à la famille royale du Royaume Uni qu’au business man de la city ou au gentleman farmer des fins fonds de l’Ecosse. En France, il se décline sous la forme du béret symbole du bon vivre hexagonal.

 

En laine foulée ou vierge, en borsalino, starlight trilby, en paille façon country, en cuir, en feutre… tous les goûts sont dans la nature, l’essentiel est d’assumer ses choix. Le chapeau est parfois un signe de distinction, souvent d’originalité. Il séduit tout autant qu’il intrigue. Accessible souvent à moindre cout en boutique, dans la rue, ou sur les sites de petites annonces... on en trouve à des prix beaucoup plus excessifs. Une robe de mariée ne serait pas complète si on n’y adjoignait pas une belle coiffe. Il souligne les traits du visage en y ajoutant une part de mystère. Le froid, la neige, la chaleur de l’été, rien ne lui résiste, il est de toutes les sorties pourvu qu’on ait le style.

 

Il fut dans l’histoire un symbole de puissance. Dans la France moyenâgeuse, il accompagnait la charpe qui distinguait les nobles. Au 19ème siècle, il s’associe aux étoffes rares et séduit la gente féminine. On le retrouve, tout d’abord, dans le milieu du spectacle puis, peu à peu, il s’impose de manière incontournable dans la rue.Aujourd’hui encore, son image est liée à cette époque.